Clinique Saint-Charles toujours à votre service

Le Dr Jean Falardeau informe la population que tous les médecins de la Clinique Saint-Charles sont toujours au service de leur clientèle et sont présents dans les locaux. Bien sûr, les règles de la Santé publique ont modifié les méthodes de travail. Vous devez, dans un premier temps, téléphoner au 418 887-6603 aux heures de bureau, comme indiqué dans La Boyer de mai (page 31). Votre médecin de famille communiquera avec vous dans un court délai. S’il juge que votre état nécessite un examen, il vous convoquera à son bureau. Chaque patient est reçu par son médecin traitant, un à la fois. Une désinfection est réalisée après le départ de chacun. Notez que la porte des locaux est fermée en tout temps. Aux personnes ayant déjà un diagnostic de maladie, le Dr Falardeau recommande de ne pas négliger vos traitements. Si vous ressentez de nouveaux symptômes qui vous portent à croire que votre condition se dégrade, vous devez communiquer avec la clinique le plus rapidement possible. Il prodigue le même conseil à l’ensemble de la clientèle généralement en bonne santé, qui aurait besoin d’un renouvellement de prescription ou d’un avis médical concernant un problème particulier.

Lire la suite...

Un retour à la normale ?

Après plusieurs semaines d’absence de leur service de garde, plusieurs enfants ont retrouvé avec grand plaisir leurs amis de garderie. Par contre, ce retour est tout sauf normal. Les éducatrices sont invitées à porter le masque et elles doivent appliquer les mesures recommandées par la Santé publique. Cela implique que l’arrivée des enfants doit être répartie dans le temps pour permettre une routine de désinfection et qu’ils maintiennent une distance de deux mètres les uns par rapport aux autres toute la journée. De plus, les jouets doivent être désinfectés avant de changer de main et les modules de jeux sont inaccessibles. C’est tout sauf normal. Les petites mains irritées des enfants qui reviennent de l’école et de la garderie nous rappellent que cette situation est bien différente et inconnue. Pour les gens qui œuvrent dans les milieux des soins corporels par exemple les services d’esthétique, de coiffure, de chiropractie ou de massothérapie, le retour des traitements le gouvernement vient d’annoncer la réouverture à compter du 1er juin, mais elle sera tout sauf habituel. Il faudra probablement espacer les visites pour avoir le temps nécessaire pour désinfecter les lieux entre chaque client, porter un équipement de protection et adapter l’environnement de travail. Plusieurs entrepreneurs se questionnent si de telles conditions de travail sont réalistes. Pour les employés de bureau, l’adaptation est maintenue puisque cert

Lire la suite...

L’Étincelle en mode pandémie

L’Étincelle a ouvert ses portes le 11 mai dernier en mode pandémie. C’est une rentrée scolaire comme le Québec n’en aura jamais connu. « On construit quelque chose que l’on n’a jamais vu » de dire Stéphanie Fillion directrice. L’école a reçu 201 inscriptions pour ce retour très particulier sur les 265 élèves qui fréquentaient l’institution avant la pandémie, soit près de 76 %. Pour le personnel, tout est en construction. Un immense travail a été fait. Chaque enseignant a délimité l’espace autour de chacun des bureaux à l’aide de ruban adhésif afin de respecter la règle des deux mètres. Pour la maternelle, de longues tables ont été installées pour la même raison. Régulièrement, toutes les surfaces utilisées sont nettoyées. De plus, entre chaque utilisation, tous les « outils sont désinfectés et ne doivent absolument pas être partagés. Chaque groupe a sa porte pour ses entrées et sorties de l’école. La circulation des groupes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, est chorégraphiée pour éviter les contacts. Une zone de circulation a également été délimitée pour le lavage des mains. De plus, toutes les consignes ont été expliquées en détail à tous les élèves dès la rentrée par chacun des titulaires. La suite dans notre édition de juin...

Lire la suite...

Juin 2020


  • Prochaine édition : 3 Juillet 2020
    Distribuée par la poste à Saint-Charles


Nouvelles

  • Il y a 75 ans, c’était la fin de la guerre !

    Qui se souvient de cette guerre 39-45 ? Les vieux, ou plutôt les Sages, comme dit le Dr Horatio Arruda. Le 8 mai 1945, c’était la proclamation de la victoire des Alliés en Europe, la fin d’une folie meurtrière concoctée par le mégalo Adolf Hitler. Les pays européens, encore et pour un moment en pleine pandémie, essaient de célébrer cet anniversaire comme ils le peuvent, c’est-à-dire à l’écran. On dit de façon virtuelle. À Ottawa, le premier ministre Trudeau a fait une déclaration demandant de réfléchir et d’honorer ceux qui ont combattu. En effet, il faut réfléchir, car les germes de la bêtise humaine ne sont jamais bien loin. On a tous vu au cours des dernières décennies des dirigeants tirer parti de prétextes ou les inventer afin d’aller tester de nouvelles armes chez des gens qu’ils ne connaissaient même pas. Il faut aussi honorer celles et ceux qui ont combattu et qui ont, dans plusieurs cas, perdu la vie. Pourquoi ne pas faire mention des personnes qui, à Saint-Charles, ont été appelées à l’armée durant le conflit mondial 1939-45 ? Qui s’en souvient ? Ils sont partis jeunes pour traverser en Europe. Sont-ils tous revenus? Nous ne le savons pas. En tout cas, ils avaient un nom ces soldats... La suite dans notre édition de juin...

    Lire la suite...
  • Des services de proximité dévoués pour nous

    Les clients qui sont allés à l’épicerie Ami dernièrement ont certainement remarqué quelques différences. Les heures du commerce sont ajustées selon l’achalandage et des mesures sont prises pour protéger les clients et les employés. La distanciation dans les allées et dans la file de la caisse est assurée à l’aide de ruban adhésif sur le sol pour respecter les distances sécuritaires. Le produit aseptisant à l’entrée, les paiements exclusivement par carte et le Plexiglas devant la caissière visent aussi la protection de chacun. Pour le commerce qui a fêté ses 45 ans, c’est du jamais vu. Les ventes ont augmenté et il y a un changement des habitudes vu le confinement. Les approvisionnements se passent bien malgré les circonstances. Certains produits, plus en demande, comme la farine et la levure, doivent être approvisionnés auprès d’autres fournisseurs. Les livraisons effectuées gratuitement ont aussi beaucoup augmenté dans Bellechasse. Par contre, plusieurs employés ont dû diminuer leurs heures de travail ou rester à la maison selon leur condition de santé. Michel, Solange et Jérôme assurent la continuité tous les jours avec leur équipe restreinte pour assurer le service de qualité qui les démarque. Un appel au maire a été fait pour avoir un peu d’aide pour éviter l’essoufflement des employés. Ils sont en attente d’une réponse. Certains résidents ont offert leur aide. La crise aura au moins quelques aspects positifs. Plusieurs aliments connaissent un gros roulement. Il est donc plus facile d’avoir des produits frais. Aussi, plusieurs clients ont redécouvert la viande de qualité et de délicieux produits à proximité : les cretons maison, la tête fromagée, la graisse de rôti, le jambon et le saumon fumés, les saucisses maison et les mets préparés frais. Les bières de microbrasserie font aussi le bonheur de plusieurs confinés. Jérôme ajuste l’approvisionnement selon les achats et il est fier d’avoir les produits de la microbrasserie La Souche, de Stoneham, très appréciée. Ils sont là pour nous, pensons aux petits gestes simples qui les aident quotidiennement : bien désinfecter nos mains à l’entrée et respecter les distances établies sauront faire une différence.

    Lire la suite...

Photographies d'hier et d'aujourd'hui

Naissances

Aucune naissances présentement

Avis de décès

Rollande Ruel

2 avril 2020

Gosselin Lucien

8 mai 2020

Aubé Albert (Ti-Bi)

28 avril 2020