Historique

C’est à l’automne 1986, à l’initiative du Club Richelieu Bellechasse-Nord, qu’a germé l’idée de créer un journal communautaire pour Saint-Charles-de-Bellechasse.

Sous la coordination de Jean-Pierre Lamonde et de Robert Fleury, ce dernier alors journaliste au journal Le Soleil, les André Marquis, Jacques Michaud, Jacques McIsaac, Denis Létourneau, Michel Girard, Jean-Marc Dumas et quelques collaborateurs se sont mis à la tâche pour publier un prototype appelé « Le journal de Saint-Charles », identifié comme le volume 1, numéro 1, février 1987. On doit à Jacques Michaud la suggestion de son nom actuel « Au fil de La Boyer ». Le premier journal mensuel communautaire publié à Saint-Charles était né !

En constante croissance, le journal a contribué à faire connaître les organismes locaux, à stimuler l’achat chez nous, à alimenter les débats publics sur des enjeux de la collectivité et à diffuser de l’information sur les activités économiques, sociales, culturelles, municipales et scolaires. Ses archives constituent une référence historique qui s’étend bien au-delà de sa période de parution.

D’année en année, le journal La Boyer est devenu le rendez-vous mensuel des citoyens de Saint-Charles et s’est imposé tant par son tirage que par son lectorat. Plusieurs citoyens en conservent d’ailleurs une collection complète et de nombreux abonnés, la plupart d’ex-résidents, reçoivent le journal.

Depuis 1998, un conseil d’administration soutient les bénévoles chargés de la production. La Boyer fait partie, depuis lors, de l’Association des médias écrits communautaire du Québec (l’AMECQ).

Le premier octobre 2006, le journal s’est doté d’un site Internet lui permettant d’explorer de nouvelles façons de communiquer avec la communauté élargie. Enfin, la page frontispice et la dernière page sont publiées en couleur depuis cette même année. Il s’agit de deux initiatives soulignant le 20e anniversaire de la fondation du journal. Le site a été entièrement refait en 2018 et mis à jour en 2020, afin de répondre aux nouvelles exigences de la communication numérique.

En avril 2007, le journal s’est mérité le 1er prix pour le meilleur site Web décerné par l’AMECQ. En mai 2009, le cheminement du journal vers l’excellence a été reconnu par ce même groupe de presse lors de la remise de ses prix annuels. Pour la première fois de son existence, le journal était en nomination dans cinq catégories. Il comptait parmi les lauréats pour le premier prix dans la « Nouvelle » (Pierre Lefebvre) et pour un deuxième 2e prix ex aequo dans la « Conception publicitaire » (Julien Fontaine). En 2013, le Prix Raymond-Gagnon était décerné à Lise Giguère dans la catégorie « Bénévole » de l’année. L’année suivante, c’est Jean-François Comeau qui remportait cette même distinction.

En octobre 2009, à l’occasion des élections municipales, le journal a publié un premier numéro spécial de 12 pages entièrement en couleur, imprimé en quadrichromie offset. Dans la continuité de son mandat d’informer la population sur l’actualité locale, le journal a alors organisé une assemblée publique de présentation des candidats pour apporter son soutien à la vie démocratique de la Municipalité. Cette rencontre visait à permettre aux participants d’assumer pleinement leur rô̂le d’électeurs éclairés lors du scrutin. En 2013 et 2017, le journal a renouvelé son engagement en publiant à nouveau des éditions spéciales sur les élections municipales.